• Cela fait longtemps que je voulais accueillir un Sambucus nigra 'Black Lace' dans mon jardin de poche. Un sureau, un beau sureau aux feuilles découpées pourpres, aux fleurs roses avec des baies comestibles pour les oiseaux. D'ailleurs mon choix c'est porté sur cet arbuste pour ces 3 raisons, la couleur, la forme légère des feuilles et un régal pour mes piafs.

    J'ai hésité un peu car les feuilles sont caducs. Mais j'ai remarqué que les arbustes à feuilles persistants étaient plus fragiles chez moi. La chaleur, le froid, la grêle, le gel les abîment pour longtemps alors que les feuilles caducs se renouvellent et repoussent toutes belles et pimpantes.

    C'est un arbuste facile à vivre. Il s'accomode de toutes les terres et il est parfaitement rustique. Il fera un très joli fond de massif entre le Céanothe 'Gloire de Versailles', le rosier 'rose blush' et le camélia, il devrait faire un bel effet.

    J'ai apporté beaucoup de soin à sa plantation. Voici comment j'ai procédé. J'espère que j'ai bien fait !?

    D'abord je l'ai laissé trempé 1h dans une bassine remplie d'eau

    Sambucus nigra black lace

     Pendant ce temps, j'ai agrandi le trou laissé par le Piéris pour qu'il soit environ 3 fois plus gros que la motte.

    Au fond du trou, j'ai mélangé la terre de jardin avec du terreau. 

    Sambucus nigra black lace

    j'ai mis de l'eau au fond du trou. Puis j'ai placé mon beau sureau après avoir démêlé ses racines

    Sambucus nigra black lace

     

    j'ai tassé la terre autour de l'arbuste avec le poing et puis, avec le pied. J'ai vidé un bon arrosoir

    Sambucus nigra black lace

    Sambucus nigra black lace Sambucus nigra black lace

    J'espère qu'il va se plaire et m'enchanter

     

     


    7 commentaires
  • Depuis que j'ai une rivière dans mon jardin de poche, je rêve d'avoir une mare. Une petite mare pour y accueillir un poisson et un nénuphar.

    Cela me trottais dans la tête. La rivière avait déjà été un énorme chantier à l'échelle de mon jardin de poche mais une mare tout de même ? Est-ce raisonnable ? La seule limite que je me fixe c'est celle de mon imagination.

    Voici l'endroit que je veux transformer. C'est joli mais ce n'est pas très pratique. Sous la coupe en plastique un trou de 70 cm de profondeur avec un grille de barbecue et des cailloux dessous. Tout cela pour y mettre la pompe qui remonte l'eau jusqu'en haut de ma rivière pour qu'elle redescende en cascade.

    1ère étape, tout déplanter puis élargir le trou existant.

    Une mare dans le jardin

    Mon amie Laurence est venue m'aider à creuser car je n'ai pas beaucoup de force et ma terre argileuse est très dure. Elle a retiré l'énorme pot qui me servait de puis.

    Une mare dans le jardin

    Une mare dans le jardin

    et hop en quelques coups de pelle, Laurence creuse le trou en baignoire. 

    Une mare dans le jardin

     je rigole mais pas longtemps car les choses vont vite se compliquer

     Une mare dans le jardin 

    Il faut mettre du textile en dessous la bâche. Nous en avons mis surtout au fond.

    Une mare dans le jardin

    Le premier essai pour mettre la bâche n'a pas été concluant. Le trou est trop profond. Aïe ! la bâche plisse de partout.

    Une mare dans le jardin

    Laurence me donne ses conseils avant de partir et je continue. Je remet la bâche et têtue j'y fait couler l'eau.

    En fait l'eau glisse en-dessous de la bâche et la galère prend l'eau ! ça fuit de partout !

    Une mare dans le jardin Une mare dans le jardin 

    Je n'abandonne pas. J'écope et j'en profite pour arroser mes massifs. Je rajoute de la terre au fond du trou. 70 cm c'est trop. 55-60cm sera suffisant pour la taille du bassin. Je re-creuse également les berges pour qu'elles soient moins pentues. C'est mieux ! La journée est terminée. Je place une grille de barbecue pour permettre à mon ami le hérisson de se hisser sur la berge s'il lui prenait l'envie de prendre un bain.

    Une mare dans le jardin

    Je reprend le chantier. L'eau n'a pas baissé. Il n'y a pas de fuite. Génial !

    J'arrange la bâche et je place les premières pierres.

    Une mare dans le jardin

    Une mare dans le jardin

    Les plantes retrouvent une nouvelle place. Cotinus 'lilla nana', bruyère, herbe aux curry, géranium, heuchère, carex, helxine

    et hop la lanterne !

    Une mare dans le jardin

    le jardin est un champ de boue, il faut tout nettoyer

    Une mare dans le jardin

    J'ai commandé de la toile de coco pour cacher la bâche. Je vais aussi trouver une plante oxygénante et... deux petits poissons.

    La petite mare a transformé mon jardin de poche

    Une mare dans le jardin

    la petite rivière se jette maintenant dans la petite mare

    Une mare dans le jardin Une mare dans le jardin 

     Une mare dans le jardin

    Elle s'intègre bien dans le jardin. Qu'en pensez vous ?

    Une mare dans le jardin

    J'ai réalisé mon rêve. 

    ici la réalisation de ma petite rivière


    57 commentaires
  • C'est au printemps que je prépare l'hiver.

    Nan ! je ne parle pas de jardinage cette fois ! Je fais tout simplement rentrer du bois. J'aime que pendant l'été le bûcher soit plein de bois bien rangé. Je trouve cela joli. Il aura le temps de sécher pendant la belle saison et ainsi cet hiver il sera prêt pour mes journées au coin du feu.

    Je prépare l'hiver Je prépare l'hiver

    Je prépare l'hiver

    Je prépare l'hiver

     

    Je prépare l'hiver

    oups ! c'est dur ! je passe le relais à Gilles qui continue

    Je prépare l'hiver

    Et voilà !

     


    7 commentaires
  • Mon petit endroit difficile au pied du grand conifère prend forme.

    Bon d'accord je triche un peu ! En prenant ma photo de près on a un sentiment que c'est luxuriant.

    La vérité est toute autre mais cela prend forme tout de même.

    L'endroit est difficile car la concurrence des racines est importante, il faut creuser entre celles du conifère et les haies de laurier. En plus comme c'est en pente la terre glisse. Je l'ai donc retenue par un petit muret de pierres et des caillebotis en bois. 

    J'essaye tout un tas de plantes et j'observe. Les fougères plantées au printemps dernier ont passé l'hiver. Un épimedium est mort  pendant l'été trop chaud mais un autre se porte bien, même très bien ! Le lierre apprécie l'endroit ainsi qu'une petite euphorbe. Le lamier prend ses aises. Il y a aussi quelques géranium macrorrhizum et une fétuque des près, des cocquelourbes. La luzule a dû être déplacée, elle ne se plaisait pas. Il faut que je rajoute quelques bulbes à l'automne. Bien finalement c'est pas si mal ! 

    Les pierres ? c'est pour mettre mes pieds lorsque je jardine car la terre glisse sous mes pas

    on voit bien tout l'espace encore à conquérir, la lamier galope, le geranium aussi. Il devrait se rejoindre.

    Vous voyez cet espace est derrière l'arbre et la terre y est bien acide. Il y fait sec mais il y a peu de soleil. Pas simple !

    L'échelle en bambou c'est pour une clématite qui n'a jamais voulu pousser. Je la laisse, les butineuses l'utilisent pour y déposer leurs oeufs. En haut, vous voyez un abri pour le hérisson, j'y laisse traîner des branches. Je n'y touche jamais pour ne pas déranger. J'ai vu une petite souris s'y réfugier un jour. Gribouille n'était pas très loin derrière elle mais Mimi petite souris a eu la vie sauve. Les chats ne peuvent pas y entrer.

    Au premier plan de la photo de gauche, le vieux rhodo blanc ainsi que la belle vinca minor qui peut bien courir et envahir le lieu comme bon lui semble.

     

     Mme Alfred Carrière va fleurir ! Cela fait maintenant 4 ans qu'il est enterré là, dans son pot sans fond. Ce qui lui permet de s'installer tranquillement mais sûrement. Le manque de soleil l'empêche d'avoir un développement normal mais je m'en contente.

     Si vous avez des idées pour ce petit coin, je prends ! 

     


    17 commentaires
  • J'appelle mon petit kipik (j'en ai plusieurs en fait qui visitent mon jardin chaque soir), Néné parce que je trouve la liaison, qui n'existe pas, rigolote avec le n'hérisson. J'ai décidé en rentrant de vacances (je reviens de Annecy, il faut que je trie mes photos) de régler le problème de néné le hérisson. En effet, les pies sont de plus en plus voraces et d'autres chats que ma Gribouille rodent parfois dans le jardin à la recherche de quelques croquettes.

    J'ai donc acheté dans une jardinerie une simple caisse en bois pour quelques euros et Gilles a fait le reste.

    Pour mon ami néné le hérisson

    Je ne me suis pas pris la tête. J'ai lu qu'il fallait que l'ouverture fasse 12cm pour que mon ami passe et que les pies et les chats eux ne passent pas, enfin j'espère ! J'ai donc tracé un carré de 12x12 et Gilles a fait une entrée.

    Pour mon ami néné le hérisson

    la boite a un fond, j'ai demandé à Gilles de le retirer. Dessus je pose simplement un grand carrelage qui permettra de fermer la boite, d'y déposer facilement la nourriture sans soulever la boite mais aussi de protéger un peu le bois des intempéries pour qu'il dure plus longtemps. C'est tout ce que j'ai trouvé.

    Pour mon ami néné le hérisson

    Gilles a enfoncé de 3 gros tasseaux dans la terre pour que la boite ne bouge pas. Pour ne pas bousculer les habitudes de Néné, nous avons placé à l'endroit où nous mettions son bol de croquette c'est à dire sous le vieux rhododendron derrière ma petite collection de rosiers Mela Rosa de Jean-Lin Lebrun

    Pour mon ami néné le hérisson Pour mon ami néné le hérisson Pour mon ami néné le hérisson

     Néné le hérisson va être content, il pourra maintenant manger tranquillement. Je n'ai plus qu'à le guetter pour savoir s'il apprécie mon idée. Qu'en pensez vous ? ça va marcher. Ce n'est pas un endroit pour dormir, juste pour manger.


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique