• J'ai ouvert les restau-piafs le 1er novembre et à peine ouvert mes amis se sont précipités. Les mésanges sont toujours les premières, puis les verdiers et les pinsons. J'ai vu une sitelle torchepot et un troglodyte mignon. Jonas le merle est là bien sûr. Les étourneaux sèment toujours la pagaille. Le couple de pigeon n'a pas quitté le jardin. Le pic épeiche est revenu lui aussi. Et puis il y a les perruches !

    Drôle de piaf ! Les perruches donnent à mon petit jardin en vallée de Chevreuse une allure exotique. On voit bien que ce sont des étrangères mais finalement le sont elles vraiment ? Elles se sont finalement bien intégrées depuis toutes ces années passées en région parisienne et un peu partout en France. Au détriment de nos piafs indigènes ? Je ne sais pas.

    Ce que je vois dans mon jardin c'est qu'elles partagent les mangeoires tantôt avec le pic et tantôt avec les mésanges. Les seuls oiseaux dont elles n'aiment pas la compagnie pas ce sont les pies, qui le leur rendent bien. Mais quel est le piaf qui aime les pies ? 

    Chez moi elles sont deux, un couple sans doute, jamais plus. J'en vois passer au-dessus de la maison mais elles ne s'arrêtent pas. Seules ces deux là occupent les lieux. Se partagent t elles un territoire comme certains autres oiseaux ? Je ne sais pas. En tout cas ces deux là ne sont pas sauvages du tout. Presque domestiquées.

    J'aime les observer. Elles sont curieuses. Je suis en train de préparer ma décoration d'hiver et elles viennent voir. Elles en profitent pour se désaltérer et grignoter quelques graines de tournesol. Elles apprécient aussi les cacahouètes.

    Perruches

    Perruches

    Perruches

    Perruches

    Perruches

     

    Que pensez vous de ces drôles d'oiseau ? Et ne me dites pas de les chasser. Pourquoi le ferais-je puisqu'elles n'embêtent personne chez moi ?

    Belle journée !


    17 commentaires
  • Opération emmaillotage terminée ! l'hiver peut venir le jardin est prêt

    Comme chaque année je sort ma grosse toile de jute pour emmailloter mes pots qui restent dehors. Les plantes ne craignent pas trop mais mes pots en terre oui. Et je n'ai pas envie d'en racheter chaque année. Alors hop j'emmaillote ce que je peux. J'essaie aussi de mettre des petites cales en bois sous les pots pour que l'eau glacée s'écoule bien et éviter le contact avec le sol tout aussi glacé. Les plantes fragiles, elles, sont bien à l'abri dans la mini-serre ou dans la buanderie.

    Par contre, cette année mes boutures de 3 ans devront passer l'hiver sans protection. Je n'ai pas assez de toile ni assez d'espace à l'abri. Elles sont destinés à mon jardin de la vallée des rois. Elles doivent s'endurcir de toute façon. J'ai serré les pots les uns contre les autres dans un coin abrité du vent. J'ai donné à mes bébés une protection de feuilles ou de paillis, en fait ce que j'ai trouvé. Au printemps les survivants pourront rejoindre mon nouveau jardin.

    Dès la fin de la saison froide, il faut retirer toutes ces protections. Pourquoi ? Tout simplement parce que les baveux s'y trouvent très bien, les saletés ! Et aussi pour que les plantes puissent respirer. Il ne faudrait pas que le collet des jeunes plantes pourrisse.

    Avez vous terminé de protéger vos fragiles ? 

    Bon dimanche !


    19 commentaires
  • Drôle de plante tout de même la Monnaie du Pape (Lunaria annua) !

    C'est d'abord une fleurette qui courre dans les massifs. En 2018 je n'avais que deux pieds aujourd'hui je ne les compte plus. Un brin sauvageonne, c'est vrai, mais tellement charmante. Comment résister ?!

    C'est quoi donc ?

    Un peu de monnaie !

    Ensuite, sans que l'on s'en rende vraiment compte, elle se transforme en capsule. Un grand mystère ! C'est la fameuse monnaie qui renferme les graines, vrais trésors. J'en récolte un peu mais j'aime laisser la belle faire à sa guise pour avoir la surprise de la voir réapparaître là où je ne l'attend pas. Un petit bonheur du printemps.

    Monnaie monnaie Monnaie monnaie 

    Le vent la malmène, elle devient une oeuvre d'art faite de fil. Un bel instant de poésie. Il ne restera pour l'hiver que des branches toutes blanches et toutes droites qui tenteront encore de défier la saison.

    Belle journée !


    12 commentaires
  •  

    Un dernier feu avant de s'éteindre, pour l'hiver, c'est le Cotinus lilla nana qui me l'offre

    J'ai planté cet arbuste en 2015 et chaque année il m'offre le même instant flamboyant

    En le voyant je note que je dois planter un cotinus dans mon jardin de la Vallée des Rois. Vous me conseillez lequel ? Cotinus 'Grace' peut être ou 'Royal Purple' ? Un autre ?


    15 commentaires
  • J'ai, dans mon jardin de poche, une heuchère qui commence à ressembler à une grosse salade trop montée. Dans mon petit massif, elle prend maintenant beaucoup trop de place. Elle est plus grosse que mes petits rosiers plantés derrière. Elle écrase littéralement mon joli rosier 'Cosy rose'. Il est donc temps de la diviser. 

    Diviser une heuchère Diviser une heuchère

    Allez hop un coup de pioche ! je la déterre avec précaution. Regardez moi cette belle mémère !

    Diviser une heuchère

    Pour la diviser c'est très simple. Si vous la regardez de près vous pouvez voir qu'elle forme pleins de rosettes tout autour d'une grosse tige centrale. C'est comme si il y avait plusieurs heuchères sur un même tronc. Il suffit donc de les séparer.

    Diviser une heuchère

    Diviser une heuchère Diviser une heuchère 

    et c'est parti ! Agissez avec précaution pour conserver de jolies racines. Cela permettra une meilleure reprise

    Diviser une heuchère

    Il convient de couper toutes les feuilles adultes pour ne conserver que le coeur. 

    Diviser une heuchère

    Et hop dans un pot ! Je mélange de la terre de jardin avec de la terre "spéciale semis et bouture". Je trouve que la terre spéciale achetée en jardinerie sèche beaucoup trop vite donc je mélange. Prenez ce que vous avez sous la main. Ce sont des plantes sans souci, très faciles à diviser même pour des débutants.

    Pour arroser je préfère mettre les petits pots dans une grand soucoupe remplie d'eau. Cela évite de trop mouiller le collet de la bouture, ce qui risquerait de ne pas lui plaire du tout.

    Diviser une heuchère Diviser une heuchère

    Et voilà ! conservez vos bébés dans une serre pour leur faire passer un bel hiver. Vous pourrez les planter au jardin au printemps. 

    J'ai replanté la plante mère à son emplacement. Et hop !

    Diviser une heuchère Diviser une heuchère

    Je devrai avoir pleins de bébés au printemps que je pourrai planter dans mon nouveau jardin de la vallée des rois. C'est chouette !

    A suivre...


    10 commentaires