• Mon billet est tout rose, rose douceur, rose calin, octobre rose, pour rendre hommage aux femmes qui se battent ou se sont battues contre le cancer de Sein et aux hommes qui les soutiennent

      Un jour, une rose : Bossa Nova Octobre Rose

    Octobre Rose

     Octobre Rose

     Octobre Rose

     Faites vous dépister. Prenez soin de vous les filles


    9 commentaires
  • En triant quelques photos, je suis tombée sur l'album de ma toute première année dans mon jardin de poche.

    Retour au printemps 2009. Nous avions emménagé en septembre de l'année précédente. Il y avait alors un bel espace pelouse et une haie de thuyas. A cette époque, la chaise longue était la pièce maîtresse du jardin. Aujourd'hui je l'utilise beaucoup moins et elle est souvent remisée dans le garage. J'avais déjà fait un peu de ménage pendant l'automne 2008, retiré la parabole qui trônait dans un coin du jardin, nettoyé le bois mort  mais aussi fait quelques plantations. Et de plus en plus souvent mes mains cherchaient le contact avec la terre. 

    C'est un petit peu compliqué d'avoir les mêmes plans car les proportions du jardin ont totalement changé. L'espace pelouse a été considérablement réduit. Le banc a changé de place mais le vase médicis est exactement à la même place puisque placé sur une grille d'écoulement d'eau de pluie. Les massifs eux prennent beaucoup plus de place. L'abri bois a été installé en 2009 et il est toujours à la même place en 2019. 

    printemps 2009 -  printemps 2019

      Retour arrière

     10 ans après

    Derrière le vieux rhododendron (qui dépérit un peu) le décor a bien changé.

       Retour arrière

    Juin 2010 - Juin 2020

    10 ans après 10 ans après

    10 ans après 10 ans après

    En 2020, il y a eu encore quelques changements. Encore un peu de grignotage de la pelouse et installation de la gloriette sous le rosier liane. Voici quelques autres vues du jardin aujourd'hui

    10 ans après 10 ans après

    10 ans après

    Si je continue, il n'y aura plus de pelouse du tout :) 


    35 commentaires
  •  

    Les fleurettes de fin d'été se révèlent en ce moment de vrais bijoux si on les regarde d'un peu plus près.

    Chacune d'elles m'offre un bel instant au jardin avant de disparaître jusqu'au printemps prochain

    Au revoir linaires, campanules, polémoines, gaura, joli géranium, cuphéa...

     

    fleurettes de fin d'été fleurettes de fin d'été fleurettes de fin d'été

    fleurettes de fin d'été fleurettes de fin d'été

    fleurettes de fin d'été fleurettes de fin d'été fleurettes de fin d'été

    fleurettes de fin d'été fleurettes de fin d'été fleurettes de fin d'été

     


    9 commentaires
  • La canicule est enfin derrière nous. Le jardins a souffert même si je ne me suis absentée qu'une semaine, au mois d'août, pour mon escapade dans l'Ariège. Lorsque je suis rentrée, j'en ai pleuré tellement le jardin était moche, grillé, jauni, miséreux... Heureusement les orages sont arrivés, une bénédiction. Quelle chance ! 

    Au bout de quelques jours, il a repris vie, des couleurs, de la luxuriance presque. Ah la jardinière revit ! Finalement j'ai peu de dégâts. Les plantes qui ont soufferts sont celles qui ne sont plus adaptées à cette nouvelle météo.

    En premier les phlox, et bien encore cette année, ils ont grillés et je n'en aurai pas. C'est sûr ! J'abandonne ! Je ne peux même pas vous les montrer en photo. Je n'arrive pas à photographier le bout de bois qui est resté planté sans feuille et bien entendu sans fleur. Pft !

    Mes hortensias ont encore souffert. D'année en année, ils sont de moins en moins beaux. Pourtant je les ai paillé et, cet hiver, ils ont eu du bon compost. En 10 ans, j'en ai perdu la moitié et ce qui reste résiste mal.

    Voyez ! les feuilles sont bien vertes grâce aux orages mais les fleurs sont totalement grillées. 

    Petits dégâts

    Quelques fleurs ont résisté par miracle. Je me pose vraiment la question du devenir de mes hortensias. Une chose est certaine je n'en achèterai pas pour remplacer les pieds disparus. Je cherche à planter autre chose contre le mur. Cela ne va pas être simple.

    Petits dégâts

    Le Sambucus nigra 'Black Lace' a perdu beaucoup de feuilles. Il était superbe au printemps mais dès début juillet, il est devenu squelettique. Heureusement à l'endroit où il est placé, je ne le vois pas trop. Toutefois je le trouve en meilleure forme que l'année dernière. Ce n'est que son deuxième été. Il va peut être finir par s'installer. (Derrière c'est le céanothe, imperturbable, mais installé depuis bien plus longtemps.

    Petits dégâts Petits dégâts

    Si le sureau a relativement bien résisté, ce n'est pas le cas pour un de mes camélias. J'ai dû déplacer le Camelia 'Nuccio's pearl', qui fleurissait chaque année magnifiquement, lorsque j'ai installé la gloriette. Il était en plein milieu. Je l'ai fait l'automne dernier et je l'ai planté avec les deux autres. Au printemps il n'a pas fleurit mais c'était normal. Je le surveillai comme l'eau sur le feu. Une semaine d'absence en pleine canicule et le voilà aujourd'hui. Je crains qu'il ne soit mort. J'attend tout de même un peu pour en être certaine. 

    Petits dégâts

    Petits dégâts

    Finalement j'ai pu sauver beaucoup de semis et de boutures. Certains de mes bébés sont déjà allés rejoindre le jardin comme les persicaires. Il me reste des boutures d'heuchères à planter à l'automne. Et également des ancolies et des oeillets (increvables). Les boutures d'arbustes ont pour la plupart résisté également. J'étais très heureuse d'avoir réussi de bien belles boutures de mes chrysanthèmes. Je n'ai pu en sauver que deux sur la quantité. Je vais tout de même attendre car à la surface de la terre je vois un peu de vert. Les racines ne sont peut être pas mortes.

    Petits dégâts

    Ma belle bruyère en pot à totalement grillée. Elle était super belle. Là je crois que c'est foutu ! Qu'en pensez vous ?

    Petits dégâts

    En dehors de ces petits dégâts, le jardin s'en est plutôt bien sorti finalement. J'aurai peut être de mauvaises surprises au printemps prochain car les végétaux se fragilisent un peu plus chaque été.

    Une précision tout de même, qui a son importance, j'avais installé un petit arrosage automatique pour alimenter le bassin de temps en temps (pour la santé de mes poissons). Cela a dû suffire à conserver un peu d'humidité. 


    8 commentaires
  • Finies les vacances dans l'Ariège, je suis rentrée dans mon jardin de poche dimanche dernier. Il a fait chaud sur la route, bien plus que sur les chemins de Mirepoix.

    Arrivée dans mon jardin de poche, je constate avec tristesse que j'ai perdu beaucoup de semis que je bichonnais depuis mars et aussi quelques boutures pleines de promesses. Les jeunes arbustes font grise mine, les chrysanthèmes et les asters ne seront pas aussi beaux que prévu à l'automne. Des feuilles mortes jonchent le sol. Déjà ! La pelouse est grillée bien sûr. Je vais arroser tout mon petit monde en souffrance et voir ce que je peux sauver.

    Et puis il y a cette petite chose, là bien à l'abri du soleil, qui s'enroule sur la gloriette. Oh elle n'est pas bien haute ! Elle n'aura pas l'envergure rêvée mais rien que cette petite chose me donne le sourire et me parle d'espoir. Ses feuilles sont fraîches, sa fleur est comme du papier de soie précieux.  C'est une ipomée tout simplement. Un semis réussi que j'ai planté à la fin du printemps. 

    C'est merveilleux ! c'est de la magie ! Quelle est ravissante ! 

      Dans la chaleur de l'été

    A son pied des pots d'une autre survivante, une Cuphea hyssopifolia, un autre semis que je n'ai pas encore planté mais je sais qu'à cet endroit cette étoile du Mexique se plaira. Je vous en reparlerai sans doute si la plante continue sa croissance car il s'agit en fait d'un bel arbuste persistant. 

    Dans la chaleur de l'été

    Je suis heureuse de retrouver mon jardin et je vais soigner ses blessures. Les pluies arrivent. 

    Belle journée !


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique