• DSC00920.JPG

    A la Fête des Plantes de Saint de Jean de Beauregard de l'automne 2012, j'ai acheté un joli petit rosier aux délicieuses petites fleurs en grappes d'un beau coloris rose clair. C'est mon tout premier rosier.

    Il s'agit d'une variété très vigoureuse et résistante à feuillage fin vert bronze demi mat. J'espérais que ses longs rameaux retombants feraient merveille dans mon massif. Avant d'abattre les haies, j'avais, miracle, découvert dans mon jardin d'ombre un petit coin ensoleillé. Il n'était pas bien grand et à cet endroit j'avais et j'ai toujours un rejet de prunier qui donne chaque année une belle assiette de prunes amères que je conserve pour les merles. Depuis 2012 j'ai planté beaucoup à cet endroit mais ce rosier reste la pièce maîtresse.

    DSC00923.JPG

    J'y ai donc installé ce tout petit rosier qui devrait faire pas plus d'un mètre en hauteur et en largeur. En 2012 il m'a donné ses toutes premières jolies petites roses qui donnent un air très romantique à ce petit coin. Pour l'hiver 2013 je lui ai fait un joli coussin de feuilles mortes pour le protéger du froid.

    DSC00928.JPG

    Juin 2014. A l'époque j'ai complété mon article pour vous montrer ce qu'il est advenu de ce tout petit rosier. Déjà il m'enchante et a remplit toutes ses promesses, ses petites fleurs sont adorables et d'une tendresse remarquable. Il est bien vigoureux et n'a pas été malade, il s'étale tranquillement et bien que recevant le soleil qu'une partie de l'après-midi il est sublime.

    Rosier "Féérie The Fairy"

    Rosier "Féérie The Fairy"

    Rosier "Féérie The Fairy"

    Féérie 'The Fairy'

    Féérie 'The Fairy'

     Le voici en 2016 en tout début de floraison. On voit qu'il ne fait pas que retomber il s'élève aussi de 80 environ. Sa largeur est bien plus important environ 1,20m.

    Féérie 'The Fairy' automne 2012 à ce jour

    Nous sommes maintenant en juillet 2017 et mon Féérie The Fairy' prend maintenant une grande place dans le jardin, il a dû atteindre sa taille adulte et je dois le contenir un peu, pas trop car j'aime lorsqu'il retombe. Il me permet de faire de belles compositions florales et bien que tardif, il fleurit jusqu'aux gelées. D'ailleurs même gelées, ces fleurettes sont un ravissement.

    Féérie 'The Fairy' automne 2012 à ce jour

    Féérie 'The Fairy' automne 2012 à ce jour Féérie 'The Fairy' automne 2012 à ce jour

     

    aujourd'hui, novembre 2017

    Féérie 'The Fairy' automne 2012 à ce jour

    Une valeur sûre pour les petits et grands jardins 

     

     

     

     

     

     


    9 commentaires
  • Voici la première floraison du bel Mme Lebrun de Sainte Osman qui m'as été conseillé par Jean Lin Lebrun lors de sa porte ouverte au printemps. Il s'agit d'un hybride de moschata créé par Jean-Pierre Vibert (1994). Il ne devrait pas faire plus d'1m. 

    Je cherchai un rosier qui puisse garnir le pied de 'Reine des Violette' qui bien que sublime fait de longue tige chez moi pour chercher le soleil. Pour l'instant mon jeune rosier est tout petit mais il se hisse suffisamment pour embrasser un bel aster

    Première floraison

    Première floraison

     

    J'espère vous en parler davantage en juin prochain


    4 commentaires
  • J’ai choisi de planter ensemble ou presque le magnifique rosier blanc « fée des neiges » et le céanothe « Gloire de Versailles » pour qu’ils fleurissent ensemble. Je les taille en même temps à la fin de l’hiver, c’est assez pratique.

    Un jour, une rose : Fée des neiges

    Fée des neiges est un hybride moderne créé par Kordes en 1958, son autre petit nom est ‘iceberg’ mais je lui préfère nettement ce nom poétique de Fée des neiges. Il est merveilleux à tous les stades de son évolution du bouton à la fleur épanouie.

    Par contre, ce rosier n’aime pas du tout la pluie et n’est pas autonettoyant mais je lui pardonne car sa rose blanche est un émerveillement à tous les stades, du bouton jusqu'à la rose épanouie. Cette année il a été magnifique, il a adoré la sécheresse et ses feuilles n'ont, pour une fois, pas eu la moindre maladie. Il a maintenant 4 ans au jardin.

    Un jour, une rose : Fée des neiges Un jour, une rose : Fée des neiges

    Un jour, une rose : Fée des neiges

    Un jour, une rose : Fée des neiges

    Un jour, une rose : Fée des neiges

    Il porte admirablement bien son nom.


    7 commentaires
  • Isabelle et le Magicien d'Oz, créé par l’Australien Warren Millington, est un de mes rosiers préférés, bien que j’ai beaucoup de mal à choisir mon chouchou car chacun de mes rosiers a été choisi avec soin pour supporter les conditions difficiles que je leur propose, c'est-à-dire une ombre très présente.

    Un de mes préférés car en plus d'être un petit bijou de douceur, il représente pour moi à la fois l’amitié et la générosité.

    Il faut bien le dire, ce rosier qui a eu chez moi un peu de mal à démarrer, j'ai dû le déplacer. Mais aujourd'hui c'est une pure merveille d’une grande délicatesse. Cette année après une belle floraison en juin, je vais avoir une belle remontée.

    Regardez ces pétales sont comme dessinés par un grand maître de la peinture romantique, son bouton est tout aussi sublime. 

    Je lui ai proposé comme compagnes deux autres rosiers, rose de rescht et jardin de granville ainsi que des petits oeillets, des petites sauges, des asters "la source". Les trois rosiers ont, pour le moment, exactement la même taille et le même développement. Isabelle et le Magicien d'Oz à de la concurrence mais une fois bien démarré, cela semble lui convenir car il a du soleil sur la tête et de la fraîcheur au pied.

    Un jour, une rose : Isabelle et le Magicien d'Oz

    Un jour, une rose : Isabelle et le Magicien d'Oz

     

    avec rose de rescht et des sauges, une belle harmonie

    Un jour, une rose : Isabelle et le Magicien d'Oz Un jour, une rose : Isabelle et le Magicien d'Oz

     

    avec Jardin de Granville, l'accord parfait

    Un jour, une rose : Isabelle et le Magicien d'Oz

    Soleil à la tête et fraîcheur au pied, j'ai l'impression que c'est vraiment ce qu'il convient aux rosiers. Qu'en pensez-vous ?


    7 commentaires
  • Gruss An Aachen a, en plus d'un nom imprononçable par une petite française qui n'a jamais appris un mot d'allemand, des roses sublimes et romantiques. J'ai planté cette merveille en automne 2014 et dès la première année il m'a enchanté.

    Même s'il arrive que ses feuilles soient un peu malades en plein été sans doute à cause du peu d'espace dont il dispose chez moi, ces roses sont toujours merveilleuses et elles remontent sans cesse jusqu'à la fin de l'automne.

    Un jour, une rose : Gruss An Aachen

    Un jour, une rose : Gruss An Aachen

     

    vous voyez Gruss An Aachen est en premier plan à gauche.

    La photo a été faite en plein soleil. Ces roses blanches sont beaucoup plus belles lorsque l'ombre les enveloppe. Cette photo donne toutefois une idée de la place que prend ce rosier dans mon jardin de poche

     

    Un jour, une rose : Gruss An Aachen

     

    voici un joli trio au devant de la scène : Gruss An Aachen, Bisous d'Amour et Reine des Violette

     

    Un jour, une rose : Gruss An Aachen

     

    Le bouton est magnifique et lorsque la rose vient de s’ouvrir, son cœur chair est d’une grande beauté et tout autour les pétales sont doucement roses. C’est une merveille.

    Ensuite la fleur s’alourdie pour devenir subliment chiffonnée, son parfum est capiteux et délicieux. Il mérite une très belle place au jardin d’autant qu’il est très florifère et est très remontant. Gruss An Aachen est un hybride de thé obtenu par Philipp Géduldig en 1909. « Aachen » est une ville à la frontière occidentale de l’Allemagne où se trouvait la pépinière du roséiste.

    Ce rosier formera un joli buisson de plus de 70cm de haut et il viendra tout seul dans votre panier, un vrai coup de cœur.

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique