• C'est l'été, enfin d'après le calendrier ! Et c'est donc le moment de lire un bon bouquin sur une chaise longue à l'ombre de mon jardin de poche. Enfin, je suis tout de même plus tentée par un petit feu de cheminée, un petit plaid et donc un bouquin. 

    Je vous propose un livre de mon amie Simone Bourgarel (Fondatrice de l'agence de relations presse Think+). Si vous la connaissez, vous avez sans doute remarqué qu'elle a toujours avec elle un petit thermos dans son cabas. Je l'ai interrogée et c'est ainsi que j'ai découvert sa passion pour l'herboristerie, pour les bonnes choses qui font du bien à notre corps et à notre esprit. Elle a suivi l'enseignement de l'école européenne d'herboristerie à Versailles.

    Ainsi, il y a quelques années déjà Simone a écrit un manuel sur la pharmacopée naturelle. Je n'avais pas encore eu l'occasion de découvrir. Je l'ai trouvé très facilement.

    Ce livre est une mine d'informations. J'ai découvert pleins de choses. Il est peut être temps que je m'intéresse aux plantes qui font du bien. Simone explique très bien, sans mot savant, et donne des recettes faciles à faire. Comment planter, récolter et conserver les plantes. Comment faire un baume pour les lèvres, des pochons antiparasitaires, une bouillotte aromatique, des bain d'herbes anti-courbatures (oh ça c'est bien utile après une journée au jardin !) une bonne liqueur (Hum ça aussi !)... Cela me donne envie de planter de nouvelles choses au jardin.

     

    Des conseils pour les petits bobos

    Deux recettes toutes simples pour nous aider à passer la saison difficile

     

    Il y a également des petites astuces bien utiles aux jardiniers

    Je vous conseille vivement ce livre. Je vais le mettre en bonne place pour pouvoir le consulter souvent. Je vous laisse je cours au jardin cueillir des choses pour ma tisane ;)

    La pharmacopée naturelle - Simone Bourgarel - Editions Gallimard, collection  Alternatives - 13,50 euros

    ISBN 978-2-07-258195-3


    9 commentaires
  • Je savais que Maria Hofker était une jardinière et je connaissais cette pensée que vous trouverez d'ailleurs à la fin de mes "Chroniques d'une jardinière du Dimanche" et qui figure dans la colonne de gauche du blog :

    "Dès que j’entre au jardin, le temps disparaît, l’âge ne compte plus, j’ai la certitude que rien de triste ne peut m’y arriver, si ce n’est la difficulté de le quitter." 

    Mais j'ignorais tout de son univers. Femme discrète née en 1902 et morte à 97 ans, elle a pourtant laissé des carnets magnifiquement reliés par elle-même et également de belles aquarelles tout en simplicité et en délicatesse. Anne, qui me laisse souvent un petit mot, m'avait conseillé de lire "le jardin enchanté de Maria Hofker" en me disant que son univers était proche du mien et que cela me plairait très certainement. Ma curiosité piquée, je l'ai acheté pour mon Noël.

    le jardin enchanté de Maria Hofker le jardin enchanté de Maria Hofker

    Une vraie révélation dès les premières pages. Incroyable ! Son jardin pourrait être le mien, le vôtre aussi très certainement. Elle le décrit comme pas très grand, avec des mauvaises herbes, des vivaces et des roses. Chacune de ses réflexions, de ses émotions lorsqu'elle observe son jardin m'émeut tellement tant elles ressemblent aux miennes. J'aime sa façon d'écrire, ses mots simples, sans chichi, sans grande envolée, une écriture "normale".

    J'ai tout lu en une seule après-midi d'une traite, comme la gourmande que je suis. Mais maintenant je vais le relire lentement, tranquillement pour le déguster. Je vais laisser ses mots me transporter dans son univers si doux. Son ouvrage va être mon livre de chevet pour l'année. j'en lirai une à une les pages chaque soir avant de m'endormir. Ainsi je pourrai rêver.

    le jardin enchanté de Maria Hofker le jardin enchanté de Maria Hofker

    Je pourrai rêver qu'un jour je serai, comme elle, une vieille jardinière (sans chignon par contre cela ne me va pas) et j'espère que j'aurai conservé les mêmes yeux qu'elle sur la beauté de son jardin, sur les petites choses qui font le bonheur et sur la vie.

    le jardin enchanté de Maria Hofker

    le jardin enchanté de Maria Hofker

    le jardin enchanté de Maria Hofker   le jardin enchanté de Maria Hofker

    Je crois aussi que je vais rependre mes pinceaux et essayer de voir si en les trempant dans l'eau je peux dessiner quelque chose qui ressemble à une fleur :) Belle journée !


    4 commentaires
  • Lors des journées des plantes et art du jardin à Jossigny, j'ai eu la chance de croiser l'aquarelliste Raphaèle Bernard-Bacot. J'ai ainsi découvert une artiste passionnée et une femme généreuse. C'est donc tout naturellement que je suis allée feuilleter son dernier ouvrage à la librairie et que je l'ai commandé.

    Raphaèle se passionne pour les jardins potagers, les jardins nourricier, lieux de partage et de refuge mais également pour l'aquarelle. Cela donne 54 planches de croquis aquarellés sur le vif de fleurs, fruits et légumes. Ce sont aussi des portraits de jardiniers.

    De potager en potager, elle croque avec humour et bienveillance des petites scènes jardinières avec pleins de petits détails amusants et beaucoup de poésie. On croise Patrick qui revient chaque jour du jardin avec un bouquet de fleurs pour sa femme, Jacqueline qui cueille des lavandes pour son thé, ou encore Anne plante des tomates après avoir jeté quelques orties dans le trou...

    J'aime cette idée que chaque petits jardins de ville mis bout à bout forment une vaste et vraie nature urbaine.

    Une oeuvre à savourer tranquillement. Chaque planche est un instant au jardin comme je les aime. Un livre qui fait du bien.

    Jardiniers des villes - portraits croqués Jardiniers des villes - portraits croqués

    Jardiniers des villes - portraits croqués 

    Jardiniers des villes - portraits croqués

    Jardiniers des villes - portraits croqués

    Jardiniers des villes - portraits croqués    Jardiniers des villes - portraits croqués

    Jardiniers des villes, Portraits croqués sur le vif

    Raphaèle Bernard-Bacot

    Edition : Rue de l'Echiquier 

    24,90 euros

     


    4 commentaires
  • Je ne résiste pas à l'envie de partager avec vous mes lectures sur le jardin, vous le savez ! Mais cette fois ci je vous entraîne dans une autre de mes passions, l'histoire. J'ai toujours été fasciné par les grandes figures de notre histoire. En plus,  je suis gourmande, et, si je suis une piètre cuisinière, j'aime me jeter dans des recettes "à ma façon" qui font toujours trembler mes amis par leurs ... originalités, on va dire :)

    Alors, lorsqu'un collègue m'a appris qu'il avait écrit un livre sur Pierre Cubat, le célèbre cuisinier français qui a régalé les tsars de Russie, j'ai voulu en savoir beaucoup plus très vite et je suis allée le feuilleter en librairie. Une amie me l'a offert pour Noël voyant mes yeux brillés devant ce beau livre.

    A la table des Tsars

    Le livre est une merveille d'élégance et de raffinement. Un style narratif et descriptif très agréable , des photos, des recettes ainsi que des anecdotes passionnantes. Tout contribue au voyage, à l'immersion dans l'histoire de cette fin du 19ème siècle. On apprend par exemple que l'empereur Nicolas II, en dehors du faste cérémoniel, déjeune d'un potage, de deux plats ainsi que d'un dessert, et accompagne toujours le tout de vin de France. On apprend aussi que la deuxième épouse Marguerite de Cubat devient la modiste attitrée de la Cour, le goût français toujours.

    A la table des Tsars

    Nicolas de la Bretèche écrit là sa deuxième biographie. Passionné d'histoire, de gastronomie et de musique, cultivé, enthousiaste et curieux, il nous entraîne d'Alet les Bains en pays Cathare à la cour de Nicolas II de Russie en passant par le bel hôtel de la Païva sur les Champs Elysées ou encore au Domaine de Vaux dans l'Est de la France. C'est là que le fantôme du cuisinier a hanté Nicolas, et est né sa décision de prendre sa plume pour nous raconter cette fabuleuse histoire. Ainsi, Il nous dévoile la vie incroyable de cet homme modeste, qui a vécu le faste et la grandeur des dîners impériaux, mais qui a aussi oeuvré pour faire connaître le raffinement de la cuisine française dans toute l'Europe. Un destin passionnant dont le récit m'a fasciné.

    A la table des Tsars

    Cerise sur le dessert, 12 recettes créées par Pierre Cubat pour la Cour de Russie, ont été reconstituées à l'occasion de cet ouvrage, par Gérard Dupont, Président d'honneur de l'Académie culinaire de France. Miam ! ça donne envie de sortir les belles assiettes et de tenter, pourquoi pas, le médaillon de veau Cubat ou le suprème de mauviettes à l'Alexandre II ou encore les fraises Romanoff. 

    A la table des Tsars

     A la table des Tsars

    On a le sentiment de feuilleter un album de famille avec des portraits, des scènes joyeuses. On découvre la vaisselle, les belles villas, les robes et les chapeaux de l'époque. C'est un très beau voyage que nous propose là Nicolas de la Bretèche ! 

    A la table des Tsars

    Vous l'avez compris, j'ai adoré ce livre. Il m'a régalé les yeux et l'esprit et je compte bien tester les recettes pour régaler mes papilles. Je vous le recommande vivement.

    Nicolas de la Bretèche écrit :  "La table est dressée, le couvert est mis, l'auteur peut à présent s'éclipser pour laisser Cubat entrer en scène... Bonne dégustation."

    A la table des Tsars - la fabuleuse ascension de Pierre Cubat à la Cour des Empereurs Russes aux éditions Macha

    https://www.facebook.com/nicolasdelabretecheecrivain/


    20 commentaires
  • "Les Affranchis Jardiniers" c'est le titre du second livre que j'ai eu la chance de gagner grâce à Hortus Focus. C'est une aventure jardinesque comme je les aime. J'ai été émue, transportée et bien sûr très intéressée par leur expérience.

    Dans les années 1070, deux amoureux, Annick et Yves, décident de s'installer sur un terrain au nord de Saint Nazaire et de dépendre le moins possible de la société de consommation. 

    Le livre commence par un bel hommage écrit par Yves à sa femme Annick, magnifique et émouvant. Ensuite le livre est écrit par Annick qui mets le travail de Yves en avant. Elle raconte 30 ans de leur vie.

    Il s'agit d'un récit, le roman d'une vie douce avec leurs enfants et leur jardin. Ils tatonnent, apprennent en faisant. A l'époque de doux rêveurs, aujourd'hui des précurseurs. Il n'est pas donné de conseil ni de leçon mais juste un partage de leur savoir-faire acquis de leurs expérimentations.

    Annick écrit. Yves lui dessine et peint. Deux artistes. A deux ils inventent leur vie avec passion et humilité face à la nature. Pleins de petits bonheurs mis bout à bout. Il s'agit d'un livre d'amour aussi, amour de la nature, amour de la vie. Annick écrit "Yves est devenu le maître incontesté du jardin. J'en suis l'auxiliaire, participant au choix des légumes, des vivaces, des rosiers et de certains arbustes. Nous jardinons à quatre mains, lui à temps plein, moi au gré de mes disponibilités". Yves lui écrit "Tu étais assurément la directrice des Jardins du Marais. Je n'étais que le chef jardinier". Il dit en PS : "On s'est aimé, on a semé, je te l'avais dit, on sèmera toute la vie".

    Roulotte, cabane, tipi, toilette sèche, culture en lasagne, capteur solaire, choix des plantes, confitures, 100% récupération, Yves tond avec une tondeuse à main, écrit Annick ,pour respecter le silence des végétaux .... ils expérimentent tout ce qu'il est possible de faire dans le respect de la nature et pour l'autosuffisance. Ce dont nous rêvons aujourd'hui de faire, d'être, eux l'on réalisé.

    Aujourd'hui leur jardin  "les jardins du marais" se visite. 

    Les affranchis jardiniers Les affranchis jardiniers

     Les affranchis jardiniers

    Les affranchis jardiniers

     Les affranchis jardiniers

     Les affranchis jardiniers Les affranchis jardiniers

    Les affranchis jardiniers

     Je recommande vivement.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique